La Peugeot 508 cultive la différence

(Paris, le 5 juillet 2018)

L’ambition était de tout changer et surtout de bousculer un segment D traditionnellement dominé par le Premium allemand. C’est donc une 508 au design très expressif, pour ne pas dire agressif, qui fera son apparition à la rentrée dans les parcs d’entreprise.

La cible est clairement Audi, avec sa ligne de faux coupé (fastback) et une sportivité assumée. Ce n’est d’ailleurs pas une voiture familiale, car l’habitacle est d’abord conçu pour le conducteur. Celui-ci est particulièrement bien traité, avec le fameux i-Cockpit et son volant compact qui donne une incroyable sensation de maniabilité. Le poste de conduite est valorisant, avec le tableau de bord en position haute et un écran central avec des touches en forme de piano.

Très à l’aise sur la route, la Peugeot 508 procure des sensations. Il faut dire qu’elle est bien servie par la boîte automatique à 8 vitesses (EAT8), qui permet de relancer facilement le moteur en toutes circonstances. Elle est généralisée à la quasi-totalité de la gamme, puisqu’on la retrouve sur 4 motorisations (130 et 180 ch BlueHDI, 180 et 225 ch PureTech). Seule une version d’entrée de gamme en 130 ch BlueHDI est proposée avec une boîte manuelle (à 6 vitesses). La marque au lion estime que le Diesel représentera 75 % des immatriculations. Elle proposera également à l’automne 2019 une version hybride rechargeable couplée à l’essence et d’une puissance de 225 ch, avec un roulage en mode zéro émission sur 50 km.

La berline française fait le plein de technologies, avec une panoplie d’aides à la conduite qui n’a rien à envier à la concurrence. Si la conduite semi-autonome de niveau 2 devient habituelle sur ce segment (même si c’est une première pour la marque), Peugeot a par contre doté la 508 d’une vision de nuit. Le système, basé sur l’infrarouge, permet de détecter grâce à leur chaleur des piétons, qui sont représentés à l’écran par une image en noir et blanc. Quant à la connectivité, elle est dans la ligne de ce que propose le reste de la gamme avec la triple offre CarPlay, Android Auto et MirrorLink, la navigation connectée TomTom et la recharge du smartphone par induction.

C’est un tout qui fait le charme de ce modèle. On en revient au design, car les deux barres lumineuses verticales à l’avant et les feux full LED avec effet 3D à l’arrière contribuent beaucoup à la personnalité de la 508.
Peugeot souhaite également séduire par la qualité et le TCO. Sur un segment où la clientèle se montre très exigeante en matière de coûts d’entretien et de valeur de reprise, la marque fait le pari que sa 508 sera comme neuve au bout de 36 mois et 90 000 km.

Partager

(Paris, le 5 juillet 2018)

L’ambition était de tout changer et surtout de bousculer un segment D traditionnellement dominé par le Premium allemand. C’est donc une 508 au design très expressif, pour ne pas dire agressif, qui fera son apparition à la rentrée dans les parcs d’entreprise." data-share-imageurl="">