Autopartage et covoiturage dans l'entreprise.

(Paris, le 8 mars 2013)

Trois grands aspects caractérisent l'autopartage

autopartageC'est un système qui permet l'emprunt de voiture pour une courte durée (pouvant être inférieure à l'heure), successivement par plusieurs utilisateurs "autorisés" ou ayant droits. Il s'agit de permettre à des clients de profiter des avantages de l'automobile sans avoir à en posséder une.

En échange d'une adhésion et d'un paiement à la consommation, une société d'autopartage met à la disposition de ses abonnés, sur simple appel téléphonique ou réservation par Internet, une flotte de véhicules disponible 24h/24.

Le coût d'usage de ces systèmes dépend notamment de leur utilisation (en temps et/ou en kilomètres) avec l'objectif de favoriser les déplacements de proximité. Leur récurrence n'est pas recherchée, en revanche la complémentarité avec les autres modes de transport est favorisée. 

Ce que n'est pas l'autopartage

L'autopartage se définit aussi en opposition avec d'autres usages de la voiture comme service, tel le covoiturage ou la location de véhicule.

Différences avec le covoiturage : le covoiturage est la maximisation du nombre de personnes dans un même véhicule effectuant un même trajet ou presque. L'autopartage est la maximisation de l'usage individuel d'un même véhicule.

Différences avec la location : l'autopartage peut-être assimilé à de la location de voiture, mais s'en différencie par la notion de service (ou de libre-service). Les véhicules, qui se distinguent généralement par leur performance écologique, peuvent être loués pour des courts trajets (en-dessous de l'heure) et sont disponibles 24h/24. L'utilisateur est autonome dans l'utilisation du véhicule depuis la réservation jusqu'à la remise du véhicule.

Parcours-type d'un utilisateur

Les sociétés d'autopartage ont adopté progressivement des technologies et un mode de fonctionnement plus ou moins identiques. Il est ainsi possible de distinguer les différentes étapes-types du parcours du client. La création d'offres dédiées aux professionnels n'a pas bouleversé ce parcours-type. A quelques différences près, notamment au niveau de l'adhésion et de la facturation du service, l'utilisateur, professionel ou non, parcourt ces différentes étapes.

L'adhésion au service

Les conditions pour adhérer à un service d'autopartage sont l'âge (généralement de 21 ou 22 ans au minimum) et l'obtention du permis depuis 1 à 2 ans.
Le client s'inscrit généralement en ligne en remplissant un formulaire. Il a le choix entre plusieurs formules d'abonnement.
La société fait parvenir par courrier la carte d'adhérent qui sert également à accéder au véhicule réservé.

La réservation d'un véhicule

La réservation du véhicule se fait sur Internet ou par téléphone (serveur vocal) 24h/24 et 7j/7. Les frais de réservation sont très variables d'une structure à une autre. La réservation sur Internet peut être gratuite et de toute façon moins chère (autour de 1,5 euros) que la réservation par téléphone (entre 2 et 4 euros).
Généralement l'utilisateur à la possibilité de réserver un véhicule quelques minutes avant la prise en charge du véhicule.
L'utilisateur reçoit une confirmation (par SMS ou par email) de l'heure de la réservation du véhicule ainsi que de son emplacement et de la durée de réservation éventuellement.

La prise en charge du véhicule

L'utilisateur localise le véhicule. Il y accède directement, via sa carte d'adhérent sans contact, qui permet au système de reconnaître l'utilisateur et de confirmer sa réservation. Cette carte permet de vérouiller et déverrouiller le véhicule. A chaque entrée et sortie du véhicule, l'utilisateur passe sa carte devant le lecteur.

La clé de contact du véhicule se trouve généralement dans la boîte à gants, avec une carte carburant permettant de faire le plein si nécessaire (le prix du carburant est généralement inclus dans la tarification). Certains systèmes plus sophistiqués disposent d'un ordinateur de bord permettant le démarrage du véhicule et d'autres fonctionnalités, comme l'extension de la durée de réservation du véhicule.

La facturation

La facturation du trajet se fait généralement à un rythme mensuel. L'abonné reçoit une facture correspondant à sa formule d'abonnement et aux usages de véhicules réalisés pendant la période. Certaines sociétés, comme Zipcar aux Etats-Unis, permettent à ses abonnés d'avoir accès à un espace sécurisé sur Internet pour pouvoir suivre en temps réel l'état de leur consommation.

Les différents impacts de l'autopartage

Impacts environnementaux et fonctionnels
La voiture est l'un des facteurs principaux d'émission de pollution. Pollution de l'air mais également pollution sonore et fonctionnelle en milieu urbain congestionné. Les études réalisées sur l'impact de l'autopartage concernant la diminution de la pollution dans une zone ne sont ni répandues, ni réellement pertinentes. Les effets de l'autopartage doivent se concevoir comme un des facteurs d'une politique d'assainissement de la congestion (multiplication des transports en commun, péage, plan de déplacement d'entreprise, etc.). En revanche, l'impact peut être analysé du côté des modifications de comportement des membres des sociétés d'autopartage. Ainsi, certaines sociétés ont pu mener des études pour connaître les effets sur l'usage de la voiture et le pourcentage d'adeptes à abandonner son véhicule pour l'autopartage.

Impacts sociaux
L'objectif principal pour les sociétés d'autopartage est de prouver aux futurs clients qu'en fonction des usages qu'ils font de leur propre véhicule, l'abonnement à un service d'autopartage est plus intéressant. L'abonnement et le prix à l'usage de la flotte de véhicules partagés doivent être inférieurs au prix à l'usage de sa propre voiture (assurance, entretien, carburant).

Impacts économiques pour une entreprise
Mettre à disposition de ses collaborateurs une flotte de véhicules partagés entre dans les objectifs d'amélioration des conditions sociales, de la situation économique et de l'impact environnemental de la société. En fonction de l'activité de l'entreprise, l'autopartage peut être envisagé dans le cadre du Plan de Déplacements Entreprise, par exemple. Ce segment "entreprises" constitue une réserve potentielle de membres pour l'autopartage.