CES Las Vegas: du rêve à la réalité

 

(Paris, le 17 janvier 2020)

Considéré comme un salon de l’auto bis, et très axé sur la technologie, le Consumer Electronics Show (CES) fait rêver. Mais, il y a aussi des solutions plus réalistes que d’autres et de véritables innovations pour demain. L’Arval Mobility Observatory était sur-place et présente quelques-uns de ces « coups de cœur ».

Le concept Mercedes dérivé du film Avatar, la voiture électrique développée par Sony et le taxi volant de Hyundai ont fait le buzz à Vegas. Il en est de même pour la BMW i3 Urban Suite avec son intérieur transformé en lounge, qui permet au passager de s’allonger à l’arrière pendant qu’il est conduit par un chauffeur ou via l’intelligence artificielle. Mais ces véhicules ne verront a priori pas le jour, ou en tout cas pas tout de suite.

En revanche, il y a des bonnes idées qui peuvent être appliquées tout de suite. C’est par exemple le cas du pare-soleil intelligent de Bosch. Ce système a été développé par des ingénieurs américains du groupe dans le cadre d’un concours interne. Partant du constat que l’éblouissement serait une cause majeure d’accident, loin devant le brouillard ou le verglas, l’équipementier a eu l’idée de se servir d’une caméra, tournée vers le conducteur, afin d’évaluer le niveau de vigilance. En cas de problème, un signal est envoyé pour activer un pare-soleil high-tech. Il s'agit d'un large écran transparent, positionné en haut du pare-brise. Il contient des cristaux liquides qui peuvent devenir opaques et protéger ainsi du soleil. L’avantage de cette nouvelle solution est que seule la zone balayée par le soleil est obscurcie. Le conducteur peut ainsi continuer à voir toute la zone qu'aurait cachée un pare-soleil classique.

Toujours dans le domaine de la sécurité, Valeo a présenté au CES de Las Vegas un logiciel baptisé Valeo Move Predict.ai. En étudiant les images transmises par les caméras intégrées dans la voiture, l’équipementier affirme pouvoir détecter les intentions des piétons et autres usagers vulnérables (cyclistes, utilisateurs de trottinettes) entrant dans le champ de vision. L’algorithme repose sur l’analyse de leurs mouvements et de leur attention. De quoi permettre d’alerter le conducteur en cas de danger ou d’améliorer les performances du freinage d’urgence automatique.

Nous avons bien aimé aussi les messages venant s’afficher à l’arrière du véhicule sous forme de bandeaux lumineux. Le groupe FCA, futur partenaire de PSA, présentais ainsi sur le concept Fiat Centoventi comment la voiture est capable de prévenir les usagers qui suivent avec des annonces comme « bébé à bord », ou « ne me suivez pas, je suis perdu aussi ».

Du côté de chez Renault, on propose de faire le lien entre la maison connectée et la voiture. La marque au losange a collaboré avec Otodo, une start-up française spécialisée dans la domotique. Au CES, les deux partenaires ont mis en avant une application accessible depuis le tableau de bord. L’idée est de pouvoir éteindre les lumières, baisser le chauffage ou encore fermer les volets quand on s’en va. Et de faire l’inverse quand on rentre du travail. L’interface se limite à deux boutons sur l’écran de bord pour piloter, d’une seule impulsion, tous les équipements connectés du domicile. Cette innovation sera proposée aux clients dès cette année. La maison connectée, c’était d’ailleurs le thème majeur cette année du salon. Une maison qu’entendent contrôler les géants de la Silicon Valley, dont Google, qui a montré au CES qu’il pouvait piloter à la voix tout un tas d’objets, de la télévision jusqu’à un robinet.

En matière d’électrification, Nissan a développé une nouvelle technologie de commande intégrale bimoteur appelée e-4ORCE. La technologie fournit un couple instantané aux quatre roues pour offrir une puissance et une tenue de route équilibrées à égalité avec de nombreuses voitures de sport haut de gamme. La technologie est née des enseignements tirés du développement du système de répartition du couple ATTESA E-TS de la Nissan GT-R et du système intelligent 4X4 de la Nissan Patrol. Les ingénieurs ont développé la technologie e-4ORCE spécifiquement pour gérer la puissance de sortie des véhicules électriques et les performances de freinage pour qu'elles soient fluides et stables. Le système augmente la confiance du conducteur en respectant fidèlement la trajectoire prévue par le conducteur grâce à une commande de ultra-haute précision du moteur et des freins. Avec la confiance nécessaire pour gérer une grande variété de surfaces de route, même pour les conducteurs novices sur des surfaces glissantes, la conduite devient plus agréable.

Enfin, Renault est venu présenter un utilitaire à hydrogène : le Master Z.E Hydrogen. Il s’agit d’une version électrique dotée en plus d’une pile à combustible pour doubler l’autonomie. La technologie est française, puisque cet équipement est conçu par Symbio, une filiale de Michelin, et dont l’autre actionnaire est l’équipementier Faurecia. C’est d’ailleurs sur son stand que ce véhicule était présenté. Nous avons pu rouler avec cet utilitaire qui se conduit comme un véhicule électrique classique. La différence, c’est qu’on refait le plein en trois minutes de son réservoir d’hydrogène, alors qu’il faut plus de temps pour recharger les batteries. C’est une solution adaptée pour les flottes de professionnels.  La sortie est prévue dans le courant de l’année 2020.