Diesel Euro 6 : la pastille ne passe toujours pas

diesel euro 6

Diesel Euro 6 : la pastille ne passe toujours pas

Le CCFA revient à la charge contre le gouvernement qui ne veut pas intégrer le diesel propre dans la catégorie 1 des véhicules les plus vertueux, dans son système de certificats pour la qualité de l’air.

Pour la chambre syndicale des constructeurs français, ne pas mettre sur un même pied d’égalité l’essence et le diesel en Euro 6 présente le « risque d’une réaction en chaine sur le marché et le parc automobile », avec des « effets économiques significatifs pour les constructeurs ». Le CCFA craint que cela ne porte « atteinte à la réputation d'excellence sur la technologie diesel des constructeurs français sur le marché français et sur les marchés internationaux croissants du diesel », ainsi qu’une « perte sèche de parts de marché, en France, sur les véhicules particuliers ».

Quel est l’enjeu ?

Les constructeurs français risquent ainsi de se retrouver pénalisés en matière de performance CO2 (des centaines de millions d’€ de pénalités financières pour non atteinte des objectifs du règlement CO2 européen). Un contrecoup qui n’est pas anodin. Le CCFA estime en effet que le diesel Euro 6 et +, en cumul sur le parc d’ici 2030, sera en mesure de générer une économie de 40Mt de CO2 pour la planète. Et, par son efficacité énergétique, une économie de 20 Mds € pour les clients.

Dans le principe, les constructeurs français sont favorables à la mise en place de zones à circulation restreinte (par exemple à Paris), au Super Bonus et aux dispositions nouvelles prévues dans le projet de loi de transition énergétique, ainsi qu’à toutes les mesures qui favorisent le renouvellement du parc ancien de véhicules.

En revanche, PSA et Renault sont défavorables à une micro mesure qui entraîne « un effet papillon disproportionné et dévastateur sur les émissions de CO2 » alors que la France organise la COP21 cet automne.