Ford met le cap sur le digital

(Paris, le 20 janvier 2016)

C’est peut-être la nouveauté la plus marquante du dernier salon de Detroit. Le tout nouveau programme FordPass est comparé à l'équivalent d'iTunes dans l'automobile. Une fois inscrit au service (que l'on soit client de la marque ou pas), il est possible d'avoir accès à des services (paiement du parking avec le smartphone, commande à distance du véhicule via le système SYNC, services de mobilité comme l'autopartage et le covoiturage, accès à des modes d'emploi numériques, chats avec des experts, prise de rendez-vous en ligne pour l'entretien). Ce programme permet également de récolter des points à chaque fois qu'on va chez McDo et 7 Eleven.

Dans le futur, FordPass pourrait même donner accès à des transports en commun. Cette approche montre à quel point le constructeur de Dearborn est en train de préparer sa mutation vers un opérateur de services, ou plus exactement de mobilité.

Ce nouveau programme de fidélisation, qui redéfinit l’expérience client, va arriver prochainement en Europe.

Et ce n’est pas tout. Toujours grâce au numérique, il est désormais possible de partager un véhicule en leasing à plusieurs. C’est tout l’objet du service Ford Credit Link, testé auprès des clients de la marque à Austin, au Texas. Il est destiné aux consommateurs qui n’ont pas besoin d’un véhicule à temps plein, mais qui souhaitent disposer de leur propre véhicule quand cela est nécessaire.

A partir de février prochain, Ford proposera des offres de location de véhicules pour des groupes de trois à six personnes. Ce nouveau mode de consommation, inspiré par l’économie du partage, pourrait par exemple convenir à des familles ou des ménages avec plusieurs conducteurs, mais aussi à des groupes de voisins, d’amis, de collègues ou d’étudiants.

Grâce à ce nouveau service, accessible depuis une application, les groupes de clients peuvent réserver des créneaux d’utilisation, vérifier l'état du véhicule avant de prendre la route, planifier la maintenance, communiquer les uns avec les autres, voir leur compte ou encore effectuer des paiements grâce à un module connecté au véhicule.

Si les acteurs du digital ont des ambitions dans le secteur du transport, et en particulier l’automobile, le virage peut aussi se faire dans l’autre sens.