Programme VE : Renault touché par l’arrêt de Better Place mais pas coulé

La marque au losange prend acte de la décision du Conseil d’Administration de Better Place, qui a demandé sa liquidation judiciaire.

« Le réseau Renault en Israël et au Danemark continuera d’assurer le service après-vente des Fluence Z.E. et des batteries de ces véhicules », indique un communiqué du constructeur français. Ces opérations concernent un peu plus d’un millier de véhicules dans les deux pays.

« Le véhicule électrique est une révolution et Renault explore toutes les pistes technologiques, celles du quick drop comme d’autres modes de charge », précise également la marque. Il était apparu que la recharge rapide et d’autres innovations, comme le chargeur Caméléon de la Zoé, pouvaient apparaître comme une alternative à la station d’échange de batteries. Cette solution, séduisante sur le papier mais coûteuse et complexe sur un plan logistique, n’a pas convaincu les constructeurs autres que Renault depuis le lancement de l’opération Better Place (même si on prête à Tesla l’intention de recourir à un tel procédé, en complément de ses stations de recharge).

« Cette décision ne remet nullement en cause la stratégie de l’Alliance Renault-Nissan en matière de véhicules électriques », souligne le communiqué. « L’Alliance est d’ailleurs leader mondial du véhicule électrique, et les volumes des véhicules électriques de Renault continuent à progresser mois après mois », conclut le texte.