Rangée VUL

(Paris, le 1 juillet 2022)

 

Le marché du véhicule d’entreprise a vécu une très mauvaise première moitié d’année 2022.

Sur fond de retards de livraisons, d’annulations de commandes, d’envolée des prix des matières premières et de fortes hausses à répétition des tarifs des modèles.

Il évolue désormais dans les pas du marché automobile national, avec un repli des immatriculations de -17, 47 % au titre du premier semestre, à 359 660 VP + VUL.

Selon les statistiques de l’Arval Mobility Observatory, le marché entreprise accuse un retard de 76 120 véhicules à la fin du premier semestre par rapport à 2021 (malgré 1 jour ouvré de plus par rapport à 2021).

 

• Le marché entreprise en cumul sur six mois (Janvier-Juin)

Sur les six premiers mois de 2022, le marché entreprise affiche un recul de -17,47 % (359 660 VP + VUL), malgré un jour ouvré de plus par rapport à 2021 (126/125). Pour mémoire, à la fin du premier trimestre, le recul était de -18,08 %.

Il fait un peu mieux que le marché automobile national, lequel s’établit sur la même période en baisse de -18,02 %, avec 955 672 VP + VUL.

• Type de véhicules : une nouvelle fois, les VUL sont plus impactés par la baisse que ne le sont les VP. Sur six mois, leurs immatriculations s’établissent en repli de -24,7 % à 136 900 unités. Pour leur part, les VP baissent de -12,30 %, à 222 970 unités.

• Côté énergies, même si le diesel concentre encore une immatriculation sur deux en entreprise, l’ex-motorisation reine chute de -28,48 % sur le premier semestre 2022, à 186 289 VP + VUL. De son côté, l’essence s’affiche aussi en repli, à -12,25 % avec 76 081 immatriculations de VP et de VUL.

Les temps sont nettement plus cléments pour les motorisations alternatives, alors que l’Europe a acté début juin, l’arrêt du véhicule thermique pour 2035. Les 100 % électriques voient leurs immatriculations VP + VUL progresser de +12,22 % sur six mois, à 21 881 unités, tandis que les hybrides subissent un ralentissement assez sensible, avec une croissance limitée à 3,88 % (66 682 VP + VUL). Cette moindre progression s’explique par le coup d’arrêt subi depuis plusieurs mois maintenant par les hybrides rechargeables. Au total, en cumul sur six mois, leurs immatriculations reculent de -8,87 % à 29 181 VP + VUL. Ciel toujours dégagé en revanche pour les hybrides simples, avec des immatriculations en hausse de 15,67 % sur le semestre (40 089 VP + VUL).

• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent sur six mois (VP + VUL inclus) à 21,15 % pour l’essence ; 51,8 % pour le diesel ; 6,08 % pour l’électrique et 19,26 % pour les hybrides (dont 8,11 % pour les hybrides rechargeables).

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 29,71 % pour l’essence ; 31,13 % pour le diesel ; 7,45 % pour l’électrique et 29,43 % pour les hybrides (dont 12,95 % pour les hybrides rechargeables).

• Le marché entreprise en Juin

Avec un jour ouvré de moins qu’en 2021 (21/22), le marché entreprise affiche en juin son meilleur résultat commercial depuis le début de l’année. Certes, les immatriculations sont une nouvelle fois en repli, à -9,72 % ; mais il s’agit du plus faible recul des six derniers mois. Et avec 73 835 VP + VUL immatriculés, le marché entreprise réalise son meilleur mois du semestre en volumes.

A titre de comparaison, sur la même période, le marché automobile national accuse un nouveau repli de -15,75 %, à 207 604 VP + VUL.

Les prochains mois diront si cette tendance à une très légère amélioration (ou moindre dégradation) du marché entreprise se pérennise.

• Type de véhicules : les VUL restent à la peine, avec des immatriculations en chute de -18,43 % (26 854 unités), tandis que les VP reculent de -3,86 % à 46 981 unités.

 

• Côté énergies, une seule tire son épingle du jeu ce mois-ci : l’hybride simple, avec des immatriculations en hausse de +8,67 % (8 049 VP + VUL). Toutes les autres motorisations sont dans le rouge, conséquence des pénuries de modèles et des délais de livraisons. Si l’essence et le diesel sont désormais habitués aux immatriculations en repli, respectivement -4,72 % (15 649 VP + VUL) et -13,06 % (39 270 VP + VUL), la contreperformance du 100 % électrique est plus surprenante (-10 % à 4 626 VP + VUL). Quant aux hybrides rechargeables, ils signent un nouveau mois dans le rouge (-24,92 % à 5 147 VP + VUL).