A la Une

Un premier trimestre rouge pour le véhicule d’entreprise

(Paris, le 1er avril 2022)

Le marché du véhicule d’entreprise est bel et bien rattrapé par l’environnement international et les délais de livraison liés aux approvisionnements en semi-conducteurs et en faisceaux électriques.
Il évolue désormais au même rythme que le marché automobile national, avec un repli des immatriculations de -18,08 % sur les trois premiers mois de l’année, à 178 061 VP + VUL (malgré un jour ouvré de plus par rapport à 2021), selon les statistiques de l’Arval Mobility Observatory.

Le marché entreprise reste dans le rouge en février

(Paris, le 1er mars 2022)

Après un début d’année ratée, le mois de février n’a pas donné de signe d’amélioration sur le front du marché du véhicule d’entreprise. Selon les chiffres de l’Arval Mobility Observatory, les immatriculations de VP et de VUL sont en recul de -13,29 % (59 578 VP + VUL) en février. Sur deux mois, le repli du marché atteint -13,86 % (113 738 VP + VUL). Il manque 18 306 immatriculations VP et VUL au marché pour retrouver le niveau de 2021.

Des mesures pour doper l'usage du vélo au travail

(Paris, le 14 février 2022) 

Comment pérenniser l’usage du vélo, grand gagnant de la crise sanitaire, dans l’après-Covid. C’est l’un des objectifs du rapport, remis le 8 février 2022 au gouvernement, par le député LREM du Val de Marne, Guillaume Gouffier-Cha.

L’un des objectifs, mais pas le seul, car la reconquête industrielle des fabricants de vélos en France est aussi au programme de ce document. A peine un quart des 2,69 millions de deux-roues vendus dans l'Hexagone est aujourd'hui garanti « made in France ».

Le marché entreprise démarre mal l'année

(Paris, le 1er février 2022)

C’était prévisible, compte tenu des délais de livraisons de véhicules neufs sur fond de crise des semi-conducteurs : le marché entreprise, malgré un jour ouvré de plus en 2022 par rapport à 2021, démarre mal l’année. Selon les chiffres de l’Arval Mobility Observatory, les immatriculations de VP et de VUL sont en recul de -14,5 % (54 151 VP + VUL).

Fiscalité des flottes et des mobilités : ce qui change en 2022

(Paris, le 3 janvier 2022)

Si la loi de finances pour 2022, publiée au JO du 31 décembre 2021, n’apporte pas de changements à la fiscalité sur l’automobile et les mobilités, plusieurs mesures adoptées précédemment par l’exécutif, sont entrées en vigueur au 1er janvier 2022.

Deux taxes annuelles pour la TVS

Depuis 2020, la TVS a fait l’objet de plusieurs modifications. La loi de Finances 2021 avait prévu des évolutions en 2021, puis en 2022.