Les utilitaires gagnés par la fièvre de l'électrique

(Paris, le 24 octobre 2019)

A l’image de ce que font les constructeurs dans le VP, avec une offre qui va de l’hybridation légère 48 v à l’hydrogène, les utilitaires se déclinent aussi en plusieurs chaînes de traction autour d’une batterie et d’un moteur électrique. Mais les approches sont différentes en fonction des constructeurs.

. Ford propose par exemple le Tourneo Custom (fourgon ou van) en hybride 48v. Le même modèle se décline aussi en hybride rechargeable (PHEV) avec 50 km d’autonomie. Et pour plus tard, en 2021, Ford annonce un Transit 100 % électrique. Le constructeur américain a dévoilé récemment son plan d’électrification.

. Du côté des utilitaires électriques, Renault et Nissan ont une certaine avance. Le Kangoo Z.E (et depuis le Master Z.E) et le NV e200 sont présents depuis déjà des années sur le marché. En face, la concurrence s’organise avec des utilitaires électriques chez les Allemands. On trouve sur le marché le Volkswagen e-Crafter et les Mercedes eVito et eSprinter.

. Pour sa part, le Groupe PSA était un peu en retrait avec la Citroën e-Berlingo et le Peugeot e-Partner, dont la technologie n’était pas vraiment au top. Mais il y a désormais une vraie volonté d’attaquer ce marché avec des produits compétitifs. PSA a décidé de commercialiser dès 2020 des versions électriques des Peugeot Expert, Citroën Jumpy et Opel Vivaro. Deux batteries de capacités différentes seront au programme : une de 50 kWh pour une autonomie de 200 kilomètres et une autre de 75 kWh pour un rayon d’action de 300 kilomètres (selon les normes d’homologation WLTP). Ces modèles se distingueront par une production 100 % française puisqu’ils seront assemblés dans l’usine de Hordain (Hauts-de-France) et qu’ils seront équipés d’une chaîne de traction électrique assemblée à l’usine de Trémery (Grand Est).  PSA précise que le groupe procèdera à l’électrification du reste de sa gamme de VUL et de ses dérivés VP dès 2021. A cette même date, il est prévu de développer des versions à hydrogène de l’Expert, du Jumpy et du Vivaro. Préparées par Opel, à qui PSA a délégué leur développement, ces utilitaires à pile à combustible permettront de tester le marché des flottes captives.

. Sur l’hydrogène, Renault n’est pas en reste puisqu’il propose déjà en séries limitées une version H2 de son Kangoo Z.E avec l’intégration d’une pile à combustible de Symbio, sous forme d’un prolongateur d’autonomie. Il y en a un certain nombre qui circulent en France, acquis par des collectivités ou des entreprises.Le constructeur va intégrer dans son offre commerciale pour les pros un Kangoo Z.E Hydrogen dès la fin d’année, et y ajouter un Master Z.E Hydrogen l’an prochain. En combinant la pile à combustible et la batterie, ces VUL pourront augmenter leur autonomie qui atteindra respectivement 370 et 350 km. Toutefois, la marque au losange pourrait à l’avenir choisir d’autres options. Conscient que le tout électrique ne résout pas tout, Renault pourrait alimenter un range extender avec d’autres sources d’énergies comme du gaz.