Le marché entreprise en cumul sur six mois

Le marché retrouve des couleurs en Septembre mais reste toujours en retard sur 2019 

(Paris, le 1er octobre 2021)

Après un été maussade pour le véhicule d’entreprise (un peu à l’image de la météo), la rentrée de septembre a marqué un regain d’activité, même si le bilan mensuel des immatriculations se solde encore par un repli de -11%, à 65 603 VP + VUL par rapport à 2019, caractérisé par une activité dite « normale » d’avant-crise sanitaire. Sur neuf mois, selon les chiffres de l’Arval Mobility Observatory, le marché de l’entreprise reste en recul de -7,85 % (600 931 VP + VUL), toujours par rapport à 2019. 

Le marché entreprise en Septembre

Avec un jour ouvré de plus qu’en 2019 (22/21 jours), le marché entreprise continue d’enregistrer un repli de ses immatriculations sur un mois, par rapport à 2019, mais de moins grande ampleur que ce qu’il a connu pendant l’été en août, la baisse avait atteint - 22,63 % à 39 025 VP + VUL). Sur l’ensemble du mois, le marché affiche un recul de -11 % des immatriculations VP + VUL à 65 603 unités

  • Type de véhicules : les VUL font mieux que les VP sur un mois, après avoir davantage dévissé que ces derniers pendant l’été. Leur recul atteint -4,21 % à 25 946 unités, tandis que les VP chutent de -15 % (39 657 unités). 
  • Côté énergies : comme chaque mois de 2021 désormais, les motorisations alternatives font la course en tête par rapport à 2019, avec toujours des croissances à trois chiffres : + 829,3 % (5 808 VP + VUL) pour les hybrides rechargeables ; + 149,8 % (6 568 VP + VUL) pour les hybrides simples ; + 280 % (12 376 VP + VUL) pour le total des hybrides et enfin, + 154,5 % (4 428 VP + VUL) pour le 100% électrique.

A l’inverse, les motorisations thermiques amplifient leur plongeon par rapport  à septembre 2019:  le Diesel recule de -32,5 % (34 793 VP + VUL), tandis que l’essence chute de -23,4 % % (12 941 VP + VUL).

Le marché entreprise en cumul sur neuf mois (Janvier-Septembre)

Sur les neuf premiers mois de 2021, avec deux jours ouvrés de plus par rapport à 2019 (190 contre 188), le marché s’inscrit désormais en repli de -7,85 % (600 931 VP + VUL).  A titre de comparaison, le marché automobile français, selon les chiffres de la PFA, enregistre depuis le début de l’année un repli de -20,3 % (1 260 378 VP + VUL).

  • Type de véhicules : Les VUL sont en baisse de -6,7 % (246 211 unités), tandis que les VP reculent de -8,63 % (354 720 unités).
  • Côté énergies, par rapport à 2019, ce sont toujours les motorisations alternatives qui affichent les croissances les plus significatives au sein des flottes d’entreprise. Avec une hausse de + 776,67 % (47 253 VP + VUL), les hybrides rechargeables restent en tête, alors que les hybrides simples affichent une augmentation de +167,5 % (50 582 VP + VUL). En cumul, les hybrides s’inscrivent en hausse de + 302,7 % (97 835 VP + VUL). Quant à l’électrique, les immatriculations s’établissent désormais en progression de + 89,75 % sur neuf mois, à 29 009 VP + VUL.

A l’inverse, les motorisations thermiques voient leurs parts dans les flottes automobiles d’entreprise régresser, par rapport à une base de comparaison qui leur était encore largement favorable en 2019. Ainsi, les immatriculations essence reculent de -18,9 % (118 057 VP + VUL), tandis que le Diesel chute de -24,64 % (350 642 VP + VUL).

  • Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent sur neuf mois (VP + VUL inclus) à 19,65 % pour l’essence ; 58,35 % pour le Diesel ; 4,83 % pour l’électrique ; 16,28 % pour les hybrides (total), dont 7,86 % pour les rechargeables et 8,42 % pour les hybrides simples.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 29,76 % pour l’essence ; 36,83 % pour le Diesel ; 6,1 % pour l’électrique ; 26,28 % pour les hybrides (total), dont 13,16 % pour les rechargeables et 13,11 % pour les hybrides simples.
 

........................................................

Le marché entreprise toujours au ralenti en Août 

(Paris, le 1er septembre 2021)

Le mois d’août n’a pas été favorable au marché entreprise, après un mois de juillet déjà décevant. Selon les statistiques de l’Arval Mobility Observatory, et toujours par rapport à l’exercice 2019, caractérisé par une activité dite « normale » contrairement à l’année 2020, les immatriculations affichent un repli de -22,63 % à 39 025 VP + VUL. Sur huit mois, le marché de l’entreprise s’établit désormais en recul de - 8,1 % (531 593 VP + VUL), avec 168 jours ouvrés contre 167 en 2019.

Le marché entreprise en Août 

Avec un jour ouvré de plus qu’en 2019 (22/21 jours), le marché entreprise subit un net coup d’arrêt en termes d’immatriculations sur un mois. Le repli atteint en effet - 22,63 % (39 025 VP + VUL). L’été n’aura donc pas été propice à ce marché puisqu’en juillet, les immatriculations avaient déjà baissé de -25,57 % (56 796 VP + VUL).

  • Type de véhicules : les VP résistent mieux que les VUL, avec un recul de -19,3 % (24 632 unités), alors que la chute atteint -38,37 % (14 393 unités) dans les utilitaires.
  • Côté énergies : les motorisations alternatives creusent toujours leur avance par rapport à 2019, avec une nouvelle croissance à trois chiffres pour les hybrides (+220,35 % à 8 153 VP + VUL) comme pour l’électrique (+ 125,5 % à 2 325 VP + VUL).

A l’inverse, les motorisations thermiques subissent une désaffection de grande ampleur par rapport à 2019:  le Diesel plonge de -41,67 % (20 484 VP + VUL) et l’essence chute de -37,7 % (7 152 VP + VUL).

Le marché entreprise en cumul sur huit mois (Janvier-Août)

Sur les huit premiers mois de 2021, avec un jour ouvré de plus par rapport à 2019 (168 contre 167), le marché enregistre un repli de -8,1 % (531 593 VP + VUL). A la fin du premier semestre, le marché entreprise affichait un recul de -4,7 %, signe que l’activité a singulièrement ralenti cet été.

  • Type de véhicules : Les VUL sont en baisse de -7,67 % (218 647 unités), tandis que les VP reculent de -8,37 % (312 946 unités).
  • Côté énergies, par rapport à 2019, les motorisations alternatives accentuent un peu plus leur ancrage dans les flottes d’entreprise. Avec une hausse de + 766 % (41 263 VP + VUL), les hybrides rechargeables restent en tête en terme de progression tandis que les hybrides simples voient leurs immatriculations augmenter de +168,86 % (43 761 VP + VUL). En cumul, les hybrides affichent une progression de + 304,1 % (85 024 VP + VUL). Quant à l’électrique, les immatriculations s’établissent en hausse de + 79,16 % sur huit mois, à 24 273 VP + VUL.

A l’inverse, les motorisations thermiques poursuivent leur plongeon dans les flottes automobiles d’entreprise, par rapport à une base de comparaison qui leur était encore largement favorable en 2019. Ainsi, les immatriculations essence reculent de -18,95 % (104 301 VP + VUL), tandis que le Diesel dévisse de -24,16 % (313 798 VP + VUL).

 

  • Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent sur huit mois (VP + VUL inclus) à 19,62 % pour l’essence ; 59,03 % pour le Diesel ; 4,57 % pour l’électrique ; 15,99 % pour les hybrides (total), dont 7,76 % pour les rechargeables et 8,23 % pour les hybrides simples.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 29,88 % pour l’essence ; 37,62 % pour le Diesel ; 5,77 % pour l’électrique ; 25,85 pour les hybrides (total), dont 13,02 % pour les rechargeables et 12,83 % pour les hybrides simples.

…………………………………………….

Le marché entreprise en repli de près de 5 % au premier semestre

(Paris, le 1 juillet 2021)

Le premier semestre 2021 s’achève sur un repli de - 4,71 % pour le marché entreprise par rapport à la même période dite « normale » de 2019. Selon les chiffres de l’Arval Mobility Observatory, il s’est immatriculé sur la période 430 378 VP + VUL, contre 451 629 en 2019, avec 125 jours ouvrés (contre 123 JO en 2019). Le marché entreprise n’en a donc pas fini avec les conséquences de la crise Covid : au total, il lui manque 21 251 immatriculations pour faire aussi bien qu’il y a deux ans.

Le marché entreprise en cumul sur six mois (Janvier-Juin)

Sur les six premiers mois de 2021, avec 125 jours ouvrés (contre 123 en 2019), le marché entreprise affiche un repli de -4,71 % (430 378 VP + VUL) par rapport à la même période dite « normale » de 2019. Il manque 21 251 immatriculations pour combler ce retard.

En comparaison, le marché automobile national s’établit, lui, en repli de -17,98 % à 1 165 516 VP + VUL

  • Type de véhicules : Les VP voient leurs immatriculations reculer sur la période de -5,41 % (251 106 unités) tandis que les VUL affichent repli contenu à -3,7 % (179 272 unités). Au total sur le premier semestre, il manque au marché entreprise 14 358 immatriculations VP et 6 893 immatriculations VUL pour retrouver le niveau de 2019.
  • Côté énergies, la comparaison avec 2019 montre l’ampleur prise par la famille des hybrides dans les flottes d’entreprise. Sur six mois, les immatriculations totales d’hybrides atteignent 65 885 VP + VUL, en hausse de + 332, 6%. Dans le détail, les hybrides rechargeables bondissent de + 720,35 % (31 641 VP + VUL) et les hybrides simples de + 201,1 % (34 244 VP + VUL). 

De son côté, l’électrique signe un premier semestre en progression de +81,48 % (19 211 VP + VUL). Les VP électriques progressent sur la période de + 111,3 % (14 191 unités), tandis que les VUL sont aussi en hausse de +29,72 % (5 020 unités).

A l’inverse et logiquement, la comparaison avec le premier semestre 2019 donne la mesure du repli des motorisations thermiques dans les parcs d’entreprise. Ainsi, les immatriculations essence chutent de -15,05 % à 85 587 VP + VUL. Sur le seul segment des VP, le repli atteint -16,48 % (76 533 unités).
Le plongeon est plus net encore pour le diesel, à -20,7 % (257 331 VP + VUL). Sur le seul segment des VP, la chute est encore plus nette, -36,57 % à 96 736 unités.

  • Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent sur six mois (VP + VUL inclus) à 19,89 % pour l’essence ; 59,79 % pour le diesel ; 4,46 % pour l’électrique et 15,31 % pour les hybrides (dont 7,35 % pour l’hybride rechargeable et 7,96 % pour les hybrides simples).

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 30,48 % pour l’essence ; 30,52 % pour le diesel ; 5,65 % pour l’électrique et 24,84 % pour les hybrides (12,42 % pour les hybrides rechargeables et 12,42 % pour les hybrides simples).

 

Le marché entreprise en Juin

(Paris, le 1er juin Avec trois jours ouvrés de plus par rapport à 2019 (22 contre 19), le marché entreprise a connu au mois de juin une chute des immatriculations de -9,7 % à 76 385 immatriculations VP + VUL.  Le marché national, pour sa part, affiche un repli plus significatif de -13,6 % avec 246 086 immatriculations.  

  • Type de véhicules : les VUL résistent mieux, une nouvelle fois, que les VP. Avec une baisse des immatriculations de -5,85 % (30 665 unités). Pour leur part les VP voient leurs immatriculations fléchir de -12,11 % sur un mois (45 720 unités).
  • Côté énergies, les énergies renouvelables connaissent toujours une envolée de leurs immatriculations par rapport à 2019, notamment les hybrides rechargeables, qui affichent un bond sur un mois de +1 137,8 % (6 473 VP + VUL) ! Le total des hybrides s’établit à + 371,79 % (13 465 VP + VUL). Les hybrides simples progressent dans le même temps de +199,96 % (6 992 VP + VUL). Pour sa part, l’électrique affiche une hausse +101,1 % (4 852 VP + VUL)

Du côté des motorisations thermiques, la chute se poursuit mois après mois. L’essence recule de -24,96 % (156 310 immatriculations VP + VUL), alors que le diesel recule de -28,5 % (42 034 immatriculations VP + VUL).

  • A fin juin, sur un mois, les parts de marché des différentes énergies ressortent (VP + VUL inclus) à 20,04 % pour l’essence ; 55,03 % pour le diesel ; 6,35 % pour l’électrique et 17,63 % pour les hybrides (dont 8,47 % pour l’hybride rechargeable et 9,15 % pour les hybrides simples).

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 20,83 % pour l’essence ; 32,58 % pour le diesel ; 8,34 % pour l’électrique et 28,2 % pour les hybrides (dont 14 % pour les hybrides rechargeables et 14,16 % pour les hybrides simples).
 

..................................

 

(Paris, le 1er juin 2021)

Le marché entreprise reste toujours en-deçà de ses niveaux de 2019

Une nouvelle fois, et pour tenir compte de la situation tout à particulière de l’année 2020, l’Arval Mobility Observatory compare les chiffres du marché entreprise de mai 2021 à ceux de mai 2019. Sur cette base et avec un jour ouvré de moins en 2021 (19 contre 20), les immatriculations en mai affichent un net repli de -19,38 % (59 582 VP + VUL).

Sur cinq mois, le repli du marché entreprise s’affiche désormais à -5,23 % (347 829 VP + VUL), avec un jour ouvré de moins par rapport à 2019 (103 contre 104). Au total, il manque 19 214 VP et VUL pour retrouver le niveau cumulé de fin mai 2019. 

Le marché entreprise en Mai  

Avec un jour ouvré de moins qu’en 2019 (19/20 jours), le marché entreprise subit un net coup d’arrêt en termes d’immatriculations sur un mois. Le repli  atteint -19,38 % (59 582 VP + VUL).

  • Type de véhicules : les VP résistent mieux que les VUL, avec un recul de -19 % (36 092 unités), tandis que la baisse atteint -19,9 % (23 490 unités) dans les utilitaires.
  • Côté énergies : les motorisations alternatives creusent naturellement leur avance par rapport à mai 2019, avec une nouvelle croissance à trois chiffres pour les hybrides rechargeables (+ 775,65 % à 5324 VP + VUL) et les hybrides simples (+124,6 % à 5 067 VP + VUL). Le total des hybrides ressort en progression de 262,8 % à 10 391 VP + VUL. L’électrique affiche aussi une performance en hausse de +74,26 % (2 661 VP + VUL).

A l’inverse, la désaffection pour les modèles thermiques prend encore plus d’ampleur par rapport à 2019:  le Diesel s’effondre de -35,66 % (33 721 VP + VUL), tandis que l’essence chute de -24,95 % (12 517 VP + VUL).

Le marché entreprise en cumul sur cinq mois (Janvier-Mai)

Sur les cinq premiers mois de 2021, avec un jour ouvré de moins par rapport à 2019 (103 contre 104), le marché affiche désormais un retard de -5,23 % (347 829 VP + VUL). Le repli s’accélère aussi par rapport au bilan à fin avril 2021, puisque la baisse cumulée du marché atteignait alors -1,7 %, mais avec deux ouvrés de plus.

• Type de véhicules : Les VUL sont en baisse de -4,79 % (146 227 unités), tandis que les VP reculent de -5,54 % (201 602 unités).

• Côté énergies, par rapport à 2019, les motorisations alternatives poursuivent leur marche en avant, marquée par des immatriculations exponentielles. Avec une hausse de + 641,18 % (24 711 VP + VUL), les hybrides rechargeables affichent la plus forte progression. Les hybrides simples augmentent pour leur part de +196,76 % (26 813 VP + VUL). Au total les hybrides enregistrent une augmentation de leurs immatriculations de + 316,55 % (51 524 VP + VUL) en quatre mois.  Quant à l’électrique, les immatriculations établissent une croissance de + 71,93 % sur la période (14 052 VP + VUL).

Les motorisations thermiques voient leur chute s’amplifier dans les flottes automobiles d’entreprise, par rapport à une base de comparaison qui leur était encore favorable en 2019. Les immatriculations essence se replient de -14 % (69 058 VP + VUL), tandis que le Diesel plonge de -20,34 % (211 608 VP + VUL).

• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent sur cinq mois (VP + VUL inclus) à 19,85 % pour l’essence ; 60,84 % pour le Diesel ; 4 % pour l’électrique ; 14,81 % pour les hybrides (total), dont 7,1 % pour les rechargeables et 7,71 % pour les hybrides simples.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 30,66 % pour l’essence ; 39,81 % pour le Diesel ; 5 % pour l’électrique ; 24,12% pour les hybrides (total), dont 12,07 % pour les rechargeables et 12,06 % pour les hybrides simples.

..................................

 

(Paris, le 3 mai 2021)

Le marché entreprise n’a pas encore refait son retard sur 2019

Inutile de comparer le mois d’avril 2021 avec celui de 2020, marqué par un confinement économique complet. L’Arval Mobility Observatory a pris le parti de prendre l’année 2019 (dite année normale) comme point de référence. Sur cette base et à jours ouvrés équivalents, les immatriculations en avril ont affiché une baisse de -5,37 % (70 871 VP + VUL)Sur quatre mois, le repli est contenu à -1,7 % (288 242 VP + VUL), ce qui est reste un bon résultat compte tenu des incertitudes économiques persistantes. 

• Le marché entreprise en Avril  

Avec le même nombre de jours ouvrés qu’en 2019 (21 jours), le marché entreprise reste un peu en retard en termes d’immatriculations. Le repli atteint -5,37 % (70 871 VP + VUL). 

• Type de véhicules : les VP résistent mieux que les VUL, avec un recul contenu à -4 % (41 040 unités), tandis que la baisse atteint -6,71 % à 29 831 unités.

• Côté énergies : les motorisations alternatives sont les seules à tirer leur épingle du jeu par rapport à avril 2019, avec une croissance à trois chiffres pour les hybrides rechargeables (+ 707,7 % à 5447 VP + VUL) et les hybrides simples (+174,7 % à 5 200 VP + VUL). Le total des hybrides ressort en progression de 312,8 % à 10 547 VP + VUL. L’électrique affiche aussi une belle progression de + 53,3 % (2 717 VP + VUL).

A l’inverse, la désaffection pour les modèles thermiques prend plus d’ampleur : le Diesel chute de -18,6 % (42 502 VP + VUL), tandis que l’essence baisse de -13,67 % (14 782 VP + VUL).

• Le marché entreprise en cumul sur quatre mois (Janvier-Avril)

Sur les quatre premiers mois de 2021, mais avec le même nombre de jours ouvrés par rapport à 2019 (84), le marché passe dans le rouge, avec un repli contenu à -1,7 % (288 242 VP + VUL).

• Type de véhicules : Les VUL sont en baisse de -1,23 % (122 732 unités), tandis que les VP reculent de -2 % (165 510 unités).

• Côté énergies, par rapport à 2019, les motorisations alternatives voient leurs immatriculations exploser. Avec une hausse de + 611,1 % (19 386 VP + VUL), les hybrides rechargeables affichent la plus forte progression. Les hybrides simples augmentent pour leur part de +221 % (21 739 VP + VUL). Au total les  hybrides signent une augmentation de leurs immatriculations de + 332,9 % (41 125 VP + VUL) en quatre mois.  Quant à l’électrique, les immatriculations croissent de + 71,37 % sur la période (11 389 VP + VUL).

Les motorisations thermiques continuent leur chute dans les flottes automobiles d’entreprise. Les immatriculations essence se replient de -10,8 % (55 536 VP + VUL), tandis que le Diesel recule de -16,6% (177 895 VP + VUL).

• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent sur quatre mois (VP + VUL inclus) à 19,61 % pour l’essence ; 61,72 % pour le Diesel ; 3,95 % pour l’électrique ; 14,27 % pour les hybrides (total), dont 6,73 % pour les rechargeables et 7,54 % pour les hybrides simples.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 30,67 % pour l’essence ; 40,75 % pour le Diesel ; 4,85 % pour l’électrique ; 23,42 % pour les hybrides (total), dont 11,5% pour les rechargeables et 11,91 % pour les hybrides simples.

.............................................................

 

(Paris, le 1er avril 2021)

Un premier trimestre dans le vert pour le marché entreprise  

C’est un premier trimestre difficile à décrypter pour le marché du véhicule d’entreprise. Certes il s’achève sur une progression de + 30,37 % à 217 366 VP + VUL immatriculés avec 63 jours ouvrés (contre 64 en 2020), selon les statistiques de l’Arval Mobility Observatory. Ces chiffres sont toutefois à prendre avec précaution, la base de comparaison étant partiellement faussée, puisque le mois de mars 2020 marquait l’entrée de la France dans le premier confinement et se traduisait par un effondrement brutal de l’activité économique à partir du 17 mars.  

• Le marché entreprise en cumul sur trois mois (Janvier-Mars)

Sur les trois premiers mois de 2021, le marché entreprise affiche une croissance de +30,37 % (217 366 VP + VUL).

En comparaison, le marché automobile national s’établit, lui, en progression de +23,94 % à 561 603 unités, avec un jour ouvré de moins par rapport à 2020 (63 jours contre 64).

Type de véhicules : Les VP voient leurs immatriculations augmenter de +26,45 % (124 467 unités) tandis que les VUL affichent une croissance plus forte de 10 points, à +36,02 % (92 899 unités).

• Côté énergies, toutes les motorisations affichent sur le premier trimestre un bilan dans le vert. Ce sont toutefois, une fois encore, les énergies alternatives qui enregistrent les plus fortes croissances : + 264,79 % pour les hybrides rechargeables (14 037 VP + VUL) et +119,35 % pour les hybrides simples (16 528 VP + VUL). Au total, les hybrides progressent de +168,51 % (30 565 VP + VUL).

De son côté, l’électrique signe un premier trimestre avec une hausse des immatriculations de +24,83 % (8 672 VP + VUL), due notamment à un bond de + 69,97 % (2 570 unités) des immatriculations sur le segment des VUL.

Quant aux motorisations thermiques, elles affichent un rebond surprenant sur la période. Les immatriculations essence augmentent de + 30,6 % (41 767 VP + VUL), avec des progressions à la fois sur les VP (+31,33 % à 37 520 unités) et sur les VUL (+24,44 % à 4 247 unités). Enfin le diesel connaît une embellie avec une hausse des immatriculations de +16,64 % (135 386 VP + VUL) en raison principalement d’une bonne tenue sur le VUL (+33,7 % à 83 790 unités), alors que sur les VP la décrue est de -3,38 % (51 596 unités).

• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent sur trois mois (VP + VUL inclus) à 19,22 % pour l’essence ; 62,28 % pour le diesel ; 3,99 % pour l’électrique et 14 % pour les hybrides (dont 6,46 % pour l’hybride rechargeable).

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 30,14 % pour l’essence ; 41,45 % pour le diesel ; 4,90 % pour l’électrique et 23,13 % pour les hybrides (dont 11,1% pour les hybrides rechargeables).

• Le marché entreprise en Mars

Avec un jour ouvré de plus par rapport à 2020 (23 contre 22) mais surtout une base de comparaison extrêmement favorable cette année, le marché entreprise a connu au mois de mars une explosion des immatriculations de + 177,84 % (85 325 VP + VUL). Une fois n’est pas coutume, le marché automobile national fait encore mieux, avec une hausse de + 189,8 % (230 459 VP + VUL).

Avec 85 325 immatriculations, mars est toutefois le meilleur mois de l'année 2021 en termes de volumes, après les 68 692 immatriculations de février et les 63 100 immatriculations de janvier.

Type de véhicules : les VUL font la course en tête avec une progression des immatriculations de + 181,64 % (35 920 unités), tandis que les VP voient leurs immatriculations augmenter de +175,14 % (49 405 unités).

• Côté énergies, les énergies renouvelables connaissent une envolée de leurs immatriculations, notamment les hybrides rechargeables, qui affichent un bond de +617 % (6 052 VP + VUL). Le total des hybrides s’établit à + 500,3% (13 068 VP + VUL). Dans le même temps, l’électrique affiche certes une progression, mais nettement moins spectaculaire, de + 95 % (3 769 VP + VUL).

A signaler également le net rebond des modèles thermiques, avec une augmentation de + 174, 7 % de l’essence (16 801 VP + VUL) et du diesel à +151,9 % (51 344 VP + VUL).

 

...................................................................................................

(Paris, le 1er Mars 2021)

Le marché entreprise cale en Février, mais moins que le marché national

Le mois de février n’a pas réussi aux constructeurs. Selon les statistiques de l’Arval Mobility Observatory, les immatriculations de VP et de VUL ont affiché une baisse de - 9,05 % sur un mois (68 692 unités). C’est toutefois beaucoup mieux que le marché national qui a plongé sur la même période de -17,92 % (169 911 VP + VUL). Depuis le début de l’année, le marché entreprise affiche désormais un repli de -2,94 % (132 022 unités).

• Le marché entreprise en Février  

Avec le même nombre de jours ouvrés qu’en 2020 (20 jours), le marché entreprise a calé en Février. La baisse des immatriculations atteint -9,05 % (68 692 VP + VUL).

Type de véhicules : les VUL résistent mieux que les VP, avec un recul contenu à -3,33 % (29 131 unités), alors que les VP chutent de -12,86% (39 561 unités).

• Côté énergies : les motorisations alternatives restent toujours bien orientées avec une croissance à trois chiffres pour les hybrides rechargeables (+ 141,62 % à 4 255 VP + VUL) et à deux chiffres pour les hybrides simples (+50,36 % à 4 844 VP + VUL). Coup d’arrêt en revanche pour l’électrique avec un recul de -8,07 % à 2 505 immatriculations VP + VUL. Comme en Janvier, c'est le segment VP qui explique cette situation, avec un repli de -12,33 % à 1 848 immatriculations.

Dans le même temps, la désaffection pour les modèles thermiques se poursuit : le Diesel chute de -17,67 % (43 315 VP + VUL) et l’essence de -10,84 % (13 438 VP + VUL).

• Le marché entreprise en cumul sur deux mois (Janvier-Février)

Sur les deux premiers mois de 2021, mais avec deux jours ouvrés de moins par rapport à 2020 (40/42), le marché passe dans le rouge, après ce mauvais mois de février. Il affiche un repli de -2,94 % (132 022 VP + VUL). En comparaison, le marché automobile national recule depuis le début de l’année de -11,37 % (331 139 VP + VUL).

Type de véhicules : Les VUL restent dans le vert, avec une croissance des immatriculations de +2,59 % (56 984 unités), tandis que les VP déclinent de -6,75 % (75 038 unités).

• Côté énergies, les motorisations alternatives poursuivent leur marche en avant, à l’exception du 100 % électrique. Avec une hausse de + 165,68 % (7 981 VP + VUL), les hybrides rechargeables ne baissent pas de régime, tandis que les hybrides simples progressent de + 53,35 % (9 511 VP + VUL). Au total les  hybrides signent une augmentation de leurs immatriculations de + 90% avec 17 492 VP + VUL immatriculés en deux mois.

Dans le même temps, l’électrique marque le pas avec un repli de -2,21 des immatriculations sur deux mois, à 4 904 VP + VUL.

Les motorisations thermiques continuent leur chute dans les flottes automobiles d’entreprise. Les immatriculations essence se replient de -3,56 % (24 944 VP + VUL), tandis que le Diesel résiste moins bien, avec une chute de -12,17 % (84 047 VP + VUL).

• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent sur deux mois (VP + VUL inclus) à 18,89 % pour l’essence ; 63,66 % pour le Diesel ; 3,71 % pour l’électrique ; 13,25 % pour les hybrides (total).

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 29,87 % pour l’essence ; 43,33 % pour le Diesel ; 4,26 % pour l’électrique, 22,16 % pour les hybrides (total).

......................................................

(Paris, le 1er février 2021)

Le marché entreprise progresse en Janvier grâce aux utilitaires

C’est une bonne surprise. Alors que le marché automobile national affiche un repli de -3,2 % en janvier (161 225 VP + VUL), le véhicule d’entreprise démarre, lui, l’année dans le vert. Malgré deux jours ouvrés de moins qu’en 2020 (22 contre 20), il signe une hausse de + 4,32 % à 63 100 VP + VUL. Selon les statistiques de l’Arval Mobility Observatory, c’est avant tout le segment de l’utilitaire qui a tiré le marché avec des immatriculations en hausse de + 9,35 % (27 786 unités).

• Le marché entreprise en Janvier   

Avec deux jours ouvrés de moins qu’en 2020 (22/20), le marché entreprise démarre plutôt bien l’année. Les immatriculations s’établissent en hausse de + 4,32 % avec un total de (63 100 VP + VUL).

Type de véhicules : les VUL sont à l’origine de cette performance avec une progression des immatriculations de + 9,35 % (27 786 unités). Sur le marché national, la hausse des VUL s’établit à +7,6 % (34 844 unités).

L’activité est en revanche plus laborieuse sur le segment VP, puisque les immatriculations sont stables à + 0,68 % (35 314 unités). Sur le marché national, les immatriculations de VP affichent un repli de -5,8 % (126 381 unités).

• Côté énergies : on ne change pas un modèle qui gagne et 2021 poursuit sur les mêmes bases que 2020, c’est à dire avec un net engouement pour les modèles électrifiés. Les hybrides rechargeables (+ 198,63 % à 3 712 VP + VUL), les hybrides simples (+ 56,27 % à 4 646 VP + VUL) et même l’électrique (+ 4,63 % à 2 395 VP + VUL) restent dynamiques.

A noter toutefois pour l’électrique, le coup d’arrêt observé sur le VP en janvier (-25,52 % avec 1 345 immatriculations), alors que sur le VUL, les immatriculations électriques s’envolent au contraire de + 107,10 % (1 050 unités), le signe sans doute de l’accélération des lancements de nouveaux modèles par les constructeurs.

Dans le même temps, la désaffection pour le Diesel se poursuit avec un repli de -5,72 % (40 617 VP + VUL). A l’inverse, l’essence affiche son premier mois de croissance depuis 12 mois, avec des immatriculations en hausse de + 5,78 % (11 418 VP + VUL).

• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent sur ce premier mois de l’année à 18,10 % pour l’essence ; 64,37 pour le diesel (mais seulement 43,78 % sur le seul segment des VP); 3,80 % pour l’électrique ; 5,88 % pour les hybrides rechargeables ; 7,36 % pour les hybrides simples.