Le bilan marché

(Paris, le 1er août 2022)

Le marché entreprise aggrave sa chute en Juillet 

Alors qu'en Juin, le marché entreprise avait limité la casse avec un repli contenu à -9,72 %, l'embellie n'aura été que de courte durée. En Juillet, les immatriculations sont en effet reparties en forte baisse, à -15,78 % (47 830 VP + VUL), avec il est vrai un jour ouvré de moins par rapport à 2021 (20/21). Selon les chiffres de l’Arval Mobility Observatory, depuis le début de l’année, le recul du marché entreprise atteint désormais -17,27 % à 407 500 VP + VUL. Pour retrouver le niveau de juillet 2021, il faudrait 85 069 VP + VUL de plus. 

 • Le marché entreprise en Juillet
     
Avec il est vrai, un jour ouvré de moins par rapport à 2021 (20/21), le marché entreprise a une nouvelle fois accéléré sa baisse en Juillet, qui atteint -15,78 % à 47 830 immatriculations VP + VUL

Sur la même période, le marché automobile national s’inscrit, lui, en repli de - 10,8 % (239 698 VP + VUL).

• Type de véhicules : les VUL souffrent toujours davantage de la crise que les VP, avec une baisse de -23,44 % sur un mois (17 401 unités), contre -10,66 % pour les VP (30 429 unités).
 
• Côté énergies : les mois de baisse se suivent et se ressemblent désormais pour les hybrides rechargeables, avec même une tendance à l'accélération  (- 32,21 % à 3 668 VP + VUL), tandis que les hybrides simples affichent encore une hausse à deux chiffres (+ 14,58 % à 5 476 VP + VUL). Résultat, le total des hybrides tombe dans le rouge ce mois-ci à -10,26 % (9 144 VP + VUL).
 
Les immatriculations de VP et de VUL 100 % électriques reviennent, quant à elles, dans le vert, après une alerte en Juin (+ 13,06 % à 2 770 unités).
 
Pour les motorisations thermiques, le mois de Juillet n'a pas évolué dans le même sens, selon les cas,  puisque l'essence a vu ses immatriculations remonter de 9,22 % à 11 410 VP + VUL, alors que le Diesel a encaissé une nouvelle baisse à deux chiffres -28,07 % (23 631 VP + VUL).

 • Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent fin Juillet (VP + VUL inclus) à 23,89 % pour l’essence ; 49,48 % pour le Diesel ; 5,80 % pour l’électrique ; 19,15 % pour les hybrides (total), dont 7,68 % pour les rechargeables et 11,47 % pour les hybrides simples.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 33,52 % pour l’essence ; 28,78 % pour le Diesel ; 6,84 % pour l’électrique ; 28,79 % pour les hybrides (total), dont 11,93 % pour les rechargeables et 16,86 % pour les hybrides simples.

• Le marché entreprise en cumul sur sept mois (Janvier-Juillet)
     
Avec le même nombre de jours ouvrés qu’en 2021 (146), le marché entreprise accuse désormais un repli de ses immatriculations de -17,27 % sur sept mois (407 500 VP + VUL). Il manque au total 85 069 immatriculations VP et VUL au marché pour retrouver le niveau de 2021.
 
A titre de comparaison, le marché automobile national est, lui, en recul sur la même période de -17,2 % (1 087 829 VP + VUL).

• Type de véhicules : les VUL souffrent depuis le début d’année avec des immatriculations désormais en recul de -24,55 % (154 101 unités), tandis que les VP limitent le repli - 12,11 % (2563 399 unités).
 
• Côté énergies : les hybrides rechargeables restent à la peine avec un repli des immatriculations de -12,25 % sur sept mois à  32 850 VP + VUL, alors que les hybrides simples sont en augmentation de +15,54 % (45 568 VP + VUL) et que le total des hybrides progresse encore d'un petit 2 % (78 418 VP + VUL). Bonne orientation enfin pour le 100 % électrique, qui affiche une hausse des immatriculations de 12,33 % à 24 654 VP + VUL. 
 
Pas de changement en revanche du côté des motorisations thermiques, avec de nouveaux reculs de -28,43 % pour le Diesel (209 920 VP + VUL) et de -9,94 % pour l'essence (87 494 VP + VUL).
 
Depuis le début de l’année, quelque 1 657 VP + VUL roulant au Superéthanol ont été immatriculés en entreprise (contre 42 en 2021), et 1 491 au GPL (-16 %).
 
• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent en cumul à fin juillet  (VP + VUL inclus) à 21,47 % pour l’essence ; 51,52 % pour le Diesel ; 6,05 % pour l’électrique ; 19,25 % pour les hybrides (total), dont 8,06 % pour les rechargeables et 11,18 % pour les hybrides simples.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 30,16 % pour l’essence ; 30,85 % pour le Diesel ; 7,37 % pour l’électrique ; 29,35 % pour les hybrides (total), dont 12,82 % pour les rechargeables et 16,53 % pour les hybrides simples.

...........................................

(Paris, le 1 juillet 2022)

Un premier semestre dans le rouge pour le véhicule d'entreprise

Le marché du véhicule d’entreprise a vécu une très mauvaise première moitié d’année 2022, sur fond de retards de livraisons, d’annulations de commandes, d’envolée des prix des matières premières et de fortes hausses à répétition des tarifs des modèles. Il évolue désormais dans les pas du marché automobile national, avec un repli des immatriculations de -17, 47 % au titre du premier semestre, à 359 660 VP + VUL (malgré 1 jour ouvré de plus par rapport à 2021), selon les statistiques de l’Arval Mobility Observatory. Le marché entreprise accuse un retard de 76 120 véhicules à la fin du premier semestre par rapport à 2021.

• Le marché entreprise en cumul sur six mois (Janvier-Juin)

Sur les six premiers mois de 2022, le marché entreprise affiche un recul de -17,47 % (359 660 VP + VUL), malgré un jour ouvré de plus par rapport à 2021 (126/125). Pour mémoire, à la fin du premier trimestre, le recul était de -18,08 %.
Il fait un peu mieux que le marché automobile national, lequel s’établit sur la même période en baisse de -18,02 %, avec 955 672 VP + VUL.

• Type de véhicules : une nouvelle fois, les VUL sont plus impactés par la baisse que ne le sont les VP. Sur six mois, leurs immatriculations s’établissent en repli de -24,7 % à 136 900 unités. Pour leur part, les VP baissent de -12,30 %, à 222 970 unités.

• Côté énergies, même si le diesel concentre encore une immatriculation sur deux en entreprise, l’ex-motorisation reine chute de -28,48 % sur le premier semestre 2022, à 186 289 VP + VUL. De son côté, l’essence s’affiche aussi en repli, à -12,25 % avec 76 081 immatriculations de VP et de VUL.

Les temps sont nettement plus cléments pour les motorisations alternatives, alors que l’Europe a acté début juin, l’arrêt du véhicule thermique pour 2035. Les 100 % électriques voient leurs immatriculations VP + VUL progresser de +12,22 % sur six mois, à 21 881 unités, tandis que les hybrides subissent un ralentissement assez sensible, avec une croissance limitée à 3,88 % (66 682 VP + VUL). Cette moindre progression s’explique par le coup d’arrêt subi depuis plusieurs mois maintenant par les hybrides rechargeables. Au total, en cumul sur six mois, leurs immatriculations reculent de -8,87 % à 29 181 VP + VUL. Ciel toujours dégagé en revanche pour les hybrides simples, avec des immatriculations en hausse de 15,67 % sur le semestre (40 089 VP + VUL).

• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent sur six mois (VP + VUL inclus) à 21,15 % pour l’essence ; 51,8 % pour le diesel ; 6,08 % pour l’électrique et 19,26 % pour les hybrides (dont 8,11 % pour les hybrides rechargeables).

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 29,71 % pour l’essence ; 31,13 % pour le diesel ; 7,45 % pour l’électrique et 29,43 % pour les hybrides (dont 12,95 % pour les hybrides rechargeables).

• Le marché entreprise en Juin

Avec un jour ouvré de moins qu’en 2021 (21/22), le marché entreprise affiche en juin son meilleur résultat commercial depuis le début de l’année. Certes, les immatriculations sont une nouvelle fois en repli, à -9,72 % ; mais il s’agit du plus faible recul des six derniers mois. Et avec 73 835 VP + VUL immatriculés, le marché entreprise réalise son meilleur mois du semestre en volumes.

A titre de comparaison, sur la même période, le marché automobile national accuse un nouveau repli de -15,75 %, à 207 604 VP + VUL.

Les prochains mois diront si cette tendance à une très légère amélioration (ou moindre dégradation) du marché entreprise se pérennise.

• Type de véhicules : les VUL restent à la peine, avec des immatriculations en chute de -18,43 % (26 854 unités), tandis que les VP reculent de -3,86 % à 46 981 unités.
 
• Côté énergies, une seule tire son épingle du jeu ce mois-ci : l’hybride simple, avec des immatriculations en hausse de +8,67 % (8 049 VP + VUL). Toutes les autres motorisations sont dans le rouge, conséquence des pénuries de modèles et des délais de livraisons. Si l’essence et le diesel sont désormais habitués aux immatriculations en repli, respectivement -4,72 % (15 649 VP + VUL) et -13,06 % (39 270 VP + VUL), la contreperformance du 100 % électrique est plus surprenante (-10 % à 4 626 VP + VUL). Quant aux hybrides rechargeables, ils signent un nouveau mois dans le rouge (-24,92 % à 5 147 VP + VUL).

 

..............................................................

 

(Paris, le 1 juin 2022)

Le marché entreprise poursuit sa chute en Mai

Nouvelle chute pour le marché entreprise en Mai. Malgré deux jours ouvrés de plus qu’en 2021 (21/19), il affiche un recul des immatriculations de -15,84 %, à 55 329 VP + VUL, selon les chiffres de l’Arval Mobility Observatory. Depuis le début de l’année, le repli atteint désormais -19,26 % (285 812 VP + VUL). Il manque 68 181 immatriculations VP et VUL au marché pour retrouver le niveau de 2021.

 • Le marché entreprise en Mai
     
Malgré deux jours ouvrés de plus par rapport à 2021 (21/19), le marché entreprise ne parvient pas à remonter la pente. Il affiche sur le mois de mai un recul de -15,84 % (55 329 VP + VUL)

Sur la même période, le marché automobile national s’inscrit, lui, en repli de -12 % (177 091 VP + VUL).

• Type de véhicules : les VUL souffrent beaucoup plus que les VP, avec une baisse de -20,8 % sur un mois (20 489 unités), contre -12,63 % pour les VP (34 840 unités).
 
• Côté énergies : pour le troisième mois d’affilée, les hybrides rechargeables enregistrent des immatriculations en baisse (-17,49 % à 4 770 VP + VUL), tandis que les hybrides simples affichent au contraire une hausse à deux chiffres (+ 39,1 % à 7 659 VP + VUL). Le total des hybrides reste positif à + 10,12 % (12 429 VP + VUL).
 
Les immatriculations de VP et de VUL 100 % électriques sont, elles aussi, dans le vert (+ 5,46 % à 3 130 unités), mais avec un rythme de progression plus faible qu’en début d’année.
 
Les mois se suivent et se ressemblent pour les motorisations thermiques, qui encaissent de nouvelles baisses à deux chiffres des immatriculations : -24,36 % pour le diesel (28 297 VP + VUL) et -23,83 % pour l’essence (10 463 VP + VUL).
 
• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent fin mai (VP + VUL inclus) à 18,91 % pour l’essence ; 51,14 % pour le Diesel ; 5,66 % pour l’électrique ; 22,46 % pour les hybrides (total), dont 8,62 % pour les rechargeables et 13,84 % pour les hybrides simples.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 25,97 % pour l’essence ; 30,7 % pour le Diesel ; 6,42 % pour l’électrique ; 34,5 % pour les hybrides (total), dont 13,49 % pour les rechargeables et 21 % pour les hybrides simples.

• Le marché entreprise en cumul sur cinq mois (Janvier-Mai)
     
Avec deux jours ouvrés de plus qu’en 2021 (105/103), le marché entreprise accuse désormais un repli de ses immatriculations de -19,26 % sur cinq mois (285 812 VP + VUL). Il manque au total 68 181 immatriculations VP et VUL au marché pour retrouver le niveau de 2021.
 
A titre de comparaison, le marché automobile national est en recul sur la même période de -18,63 % (748 057 VP + VUL).

• Type de véhicules : les VUL souffrent depuis le début d’année avec des immatriculations en net repli de -26,1 % (109 822 unités), alors que les VP offrent davantage de résistance, avec un recul de -14,31 % (175 990 unités).
 
• Côté énergies : les hybrides rechargeables sont à la peine ; depuis le début de l’année, leurs immatriculations s’affichent en repli de - 4,5 % (24 035), tandis que les hybrides simples progressent de +17,54 % (32 033 unités) et de + 6,96 % pour le total des immatriculations hybrides, à 56 068 VP + VUL.
 
Les motorisations thermiques sont, quant à elles, toujours en recul : -31,72 % pour le diesel (147 013 VP + VUL) et -14 % pour l’essence (60 435 VP + VUL).
 
Depuis le début de l’année, quelque 1 360 VP + VUL roulant au Superéthanol ont été immatriculés en entreprise (contre 1 en 2021), et 1 029 au GPL (+ 50 %).
 
• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent en cumul à fin mai (VP + VUL inclus) à 21,15 % pour l’essence ; 51,44 % pour le Diesel ; 6,04 % pour l’électrique ; 19,62 % pour les hybrides (total), dont 8,41 % pour les rechargeables et 11,21 % pour les hybrides simples.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 29,85 % pour l’essence ; 30,17 % pour le Diesel ; 7,28 % pour l’électrique ; 30,34 % pour les hybrides (total), dont 13,5 % pour les rechargeables et 16,84 % pour les hybrides simples.
 

..............................................................

 

(Paris, le 2 mai 2022)

Le marché entreprise accentue son repli en Avril

Le marché d’entreprise ne donne pas de signe de reprise et tend même à accélérer son repli. Avec il est vrai un jour ouvré de moins qu’en avril 2021 (20/21), il affiche en avril une baisse de -26,06 %, à 52 419 VP + VUL immatriculés, selon les chiffres de l’Arval Mobility Observatory.

Depuis le début de l’année, le repli s’établit désormais à -20 % (230 481 VP + VUL). Il manque 57 766 immatriculations VP et VUL au marché pour retrouver le niveau de 2021.
 
• Le marché entreprise en Avril
     
Avec un jour ouvré de moins qu’en 2021 (20/21), le marché entreprise affiche une chute de ses immatriculations de -26,04 % (52 419 VP + VUL).
 
Sur la même période, le marché automobile national enregistre une baisse de -26,6 % (136 208 VP + VUL).

Type de véhicules : les VUL souffrent toujours plus que les VP, avec une baisse de -33,22 % (19 925 unités), contre -20,82 % pour les VP (32 494 unités).
 
Côté énergies : pour le second mois consécutif, les hybrides rechargeables affichent des immatriculations en baisse (-15,24 % à 4 533 VP + VUL), tandis que les hybrides simples restent dans le vert (+ 4,8 % à 5 457 VP + VUL). Ce coup d’arrêt des hybrides rechargeables fait d’ailleurs basculer dans le rouge les immatriculations totales d’hybrides (-5,35 % à 9 990 VP + VUL).
 
Ciel dégagé en revanche pour les immatriculations de 100 % électriques, qui restent bien orientées (+ 18,02 % à 3 209 VP + VUL), même si le rythme de progression fléchit par rapport aux deux mois précédents.
 
Dans le même temps, les motorisations thermiques subissent un nouveau repli, toujours plus accentué sur le Diesel (-38,68 % à 26 057 VP +VUL) que sur l’essence (-17,58 % à 12 187 VP + VUL).

• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent fin avril (VP + VUL inclus) à 23,25 % pour l’essence ; 49,71 % pour le Diesel ; 6,12 % pour l’électrique ; 19,06 % pour les hybrides (total), dont 8,65 % pour les rechargeables et 10,41 % pour les hybrides simples.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 33,17 % pour l’essence ; 27,68 % pour le Diesel ; 7,21 % pour l’électrique ; 29,34 % pour les hybrides (total), dont 13,82 % pour les rechargeables et 15,52 % pour les hybrides simples.

 

• Le marché entreprise en cumul sur quatre mois (Janvier-Avril)
     
Avec le même nombre de jours ouvrés qu’en 2021 (84), le marché entreprise affiche accuse désormais un repli de ses immatriculations de -20,04 % sur quatre mois (230 481 VP + VUL). Il manque désormais 57 766 immatriculations VP et VUL au marché pour retrouver le niveau de 2021.
 
A titre de comparaison, le marché automobile national est en recul sur la même période de -20,21 % (592 302 VP + VUL).

Type de véhicules : les VUL souffrent depuis le début d’année avec des immatriculations en net repli de -27,22 % (89 332 unités), alors que les VP limitent « la casse » à -14,72 % (141 149 unités).  

• Côté énergies : à l’exception des hybrides rechargeables, dont les immatriculations basculent désormais légèrement dans le rouge en raison de la mauvaise performance d’avril (-0,63 % à 19 265 VP + VUL), les motorisations alternatives restent bien orientées : +24 % pour le 100 % électrique (14 126 VP + VUL), + 12,08 % pour les hybrides simples (24 374 VP + VUL) et + 6,09 % pour le total des immatriculations hybrides, à 43 639 VP + VUL.
 
Les motorisations thermiques sont toujours à l’arrêt : -33,26 % pour le diesel (118 723 VP + VUL) et -11,62 % pour l’essence (49 969 VP + VUL).
 
A noter également que depuis le début de l’année, quelque 1 187 VP + VUL roulant au Superéthanol ont été immatriculés en entreprise (contre 1 en 2021), et 920 au GPL (+ 64,58 %).
 
• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent en cumul à fin avril (VP + VUL inclus) à 21,68 % pour l’essence ; 51,51 % pour le Diesel ; 6,13 % pour l’électrique ; 18,93 % pour les hybrides (total), dont 8,36 % pour les rechargeables et 10,58 % pour les hybrides simples.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 30,8 % pour l’essence ; 30,04 % pour le Diesel ; 7,49 % pour l’électrique ; 29,32 % pour les hybrides (total), dont 13,5 % pour les rechargeables et 15,81 % pour les hybrides simples.
 

..............................................................
 

(Paris, le 1er avril 2022)

Un premier trimestre dans le rouge pour le véhicule d’entreprise

Le marché du véhicule d’entreprise est bel et bien rattrapé par l’environnement international et les délais de livraison liés aux approvisionnements en semi-conducteurs et en faisceaux électriques. Il évolue désormais au même rythme que le marché automobile national, avec un repli des immatriculations de -18,08 % sur les trois premiers mois de l’année, à 178 061 VP + VUL (malgré un jour ouvré de plus par rapport à 2021), selon les statistiques de l’Arval Mobility Observatory. Le marché entreprise accuse un retard de 39 310 véhicules à la fin du premier trimestre.

• Le marché entreprise en cumul sur trois mois (Janvier-Mars)

Sur les trois premiers mois de 2022, le marché entreprise affiche un recul de -18,08 % (178 061 VP + VUL), avec un jour ouvré de plus par rapport à 2021 (64/63)

Il fait à peine mieux que le marché automobile national, lequel s’établit en repli de -18,8 %, à 456 092 VP + VUL.

Type de véhicules : Les VUL décrochent davantage que les VP sur ce premier trimestre, avec des immatriculations en baisse de -25,29 % (69 407 unités). Les VP affichent dans le même temps un recul de -12,71 % (108 654 unités).

• Côté énergies, depuis maintenant plusieurs mois, ce sont les motorisations alternatives qui tirent l’ensemble du marché et, plus particulièrement les 100 % électriques. Sur l’ensemble du premier trimestre, les immatriculations de VP et de VUL électriques progressent de +25,88 % (10 916 unités). Dans le même temps, les hybrides ont vu leurs immatriculations augmenter de 10 % (33 646 VP + VUL). Une croissance liée avant tout aux hybrides simples (+ 14,36 % à 18 914 VP + VUL), alors que les hybrides rechargeables marquent le pas avec une petite progression de + 4,95 % à 14 732 VP + VUL.

Les temps sont toujours aussi durs pour les motorisations thermiques avec un nouvel effondrement des immatriculations diesel au premier trimestre (-31,55 % à 92 673 VP + VUL), tandis que l’essence affiche un repli de -9,52 % (37 778 VP + VUL).

• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent sur trois mois (VP + VUL inclus) à 21,22 % pour l’essence ; 52,05 % pour le diesel ; 6,13 % pour l’électrique et 18,9 % pour les hybrides.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 30,1 % pour l’essence ; 30,7 % pour le Diesel ; 7,58 % pour l’électrique et 29,31 % pour les hybrides.

• Le marché entreprise en Mars

Avec le même nombre de jours ouvrés qu’en 2021 (23), le marché entreprise affiche en mars son plus mauvais résultat de l’année. L’activité s’établit en effet en baisse de -24,63 %, avec 64 315 immatriculations de VP et de VUL.

Type de véhicules : les VUL sont à la peine, avec des immatriculations en chute de - 30,65 % (24 912 unités), tandis que les VP reculent de -20,24 % (39 403 unités).

• Côté énergies, une seule énergie tire son épingle du jeu : le 100 % électrique, avec des immatriculations en hausse de +24,73 % (4 701 VP + VUL). Toutes les autres motorisations sont dans le rouge, et notamment les hybrides. Une évolution à surveiller dans les prochains mois, compte tenu du poids de cette motorisation dans les parcs d’entreprise jusqu’alors. Les hybrides rechargeables affichent un repli de -7,75 % (5 585 VP + VUL), pendant que les hybrides simples reculent de -6,38 % (6 579 VP + VUL). Le total des hybrides ressort en baisse de – 7 % (12 164 VP + VUL).  

Quant aux modèles thermiques, ils affichent tous deux des performances en baisse : -38,73 % pour le Diesel (31 462 VP + VUL) et -12,96 % pour l’essence (14 609 VP + VUL).

..............................................................

(Paris, le 1er mars 2022)

Le marché entreprise reste dans le rouge en février

Après un début d’année ratée, le mois de février n’a pas donné de signe d’amélioration sur le front du marché du véhicule d’entreprise. Selon les chiffres de l’Arval Mobility Observatory, les immatriculations de VP et de VUL sont en recul de -13,29 % (59 578 VP + VUL) en février. Sur deux mois, le repli du marché atteint -13,86 % (113 738 VP + VUL). Il manque 18 306 immatriculations VP et VUL au marché pour retrouver le niveau de 2021.

• Le marché entreprise en Février
 
Avec le même nombre de jours ouvrés qu’en 2021 (20), le marché entreprise affiche un repli de ses immatriculations de -13,29 % en février (59 578 VP + VUL). 
A titre d’indication, sur la même période, le marché automobile national enregistre une baisse de -15,4 % (143 825 VP + VUL).

• Type de véhicules : les VUL souffrent davantage que les VP, avec une baisse de -23 % (22 415 unités), tandis que les VP, eux, reculent de -6, 12 % (37 163 unités).
 
• Côté énergies : toutes les énergies alternatives affichent en février des croissances à deux chiffres : +45,91 % pour le 100 % électrique (3 655 VP + VUL), + 29, 92 % pour les hybrides simples (6 309 VP + VUL) et 24,23 % pour les hybrides rechargeables (5 291 VP + VUL). Au total les immatriculations d’hybrides progressent de +27,26 % à 11 600 VP + VUL.
 
Dans le même temps, les motorisations thermiques subissent un nouveau repli, plus accentué sur le Diesel (-29,55 % à 30 513 VP + VUL) que sur l’essence (-5 % à 12 779 VP + VUL).

• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent fin février (VP + VUL inclus) à 21,45 % pour l’essence ; 51,22 % pour le Diesel ; 6,13 % pour l’électrique ; 19,47 % pour les hybrides (total), dont 8,88 % pour les rechargeables et 10,89 % pour les hybrides simples.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 30,1 % pour l’essence ; 30,47 % pour le Diesel ; 7,64 % pour l’électrique ; 29,57 % pour les hybrides (total), dont 14,06 % pour les rechargeables et 15,5 % pour les hybrides simples.

• Le marché entreprise en cumul sur deux mois (Janvier-Février)
     
Avec un jour ouvré de plus qu’en 2021 (41/40), le marché entreprise affiche un repli de ses immatriculations de -13,86 % sur deux mois (113 738 VP + VUL). 

A titre de comparaison, le marché automobile national est en recul sur la même période de -16,98 % (274 933 VP + VUL).

• Type de véhicules : les VUL souffrent davantage depuis le début d’année que les VP, avec une chute de -21,92 % (44 487 unités), alors que les VP affichent un repli de - 7,75 % (69 251 unités).
 
• Côté énergies : toutes les énergies alternatives affichent en cumul sur deux mois des progressions à deux chiffres : +26,78 % pour le 100 % électrique (6 216 VP + VUL), + 29, 56 % pour les hybrides simples (12 324 VP + VUL) et + 14,56 % pour les hybrides rechargeables (9 148 VP + VUL). Au total les immatriculations d’hybrides progressent de +22,72 % à 21 472 VP + VUL.
 
Les motorisations thermiques sont toujours à l’arrêt : -27,16 % pour le Diesel (61 219 VP + VUL) et  -7,23 % pour l’essence (23 160 VP + VUL). 

• Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent en cumul à fin février (VP + VUL inclus) à 20,36 % pour l’essence ; 53,83 % pour le Diesel ; 5,47 % pour l’électrique ; 18,88 % pour les hybrides (total), dont 8 % pour les rechargeables et 10,84 % pour les hybrides simples.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 28,92 % pour l’essence ; 33,08 % pour le Diesel ; 6,76 % pour l’électrique ; 29,30 % pour les hybrides (total), dont 13,06 % pour les rechargeables et 16,24 % pour les hybrides simples.

 

..............................................................

(Paris, le 1er février 2022)

Le marché entreprise démarre mal l'année

C’était prévisible, compte tenu des délais de livraisons de véhicules neufs sur fond de crise des semi-conducteurs : le marché entreprise, malgré un jour ouvré de plus en 2022 par rapport à 2021, démarre mal l’année. Selon les chiffres de l’Arval Mobility Observatory, les immatriculations de VP et de VUL sont en recul de -14,5 % (54 151 VP + VUL).

  • Le marché entreprise en Janvier     

Avec pourtant un jour ouvré de plus qu’en 2021 (21/20 jours), le marché entreprise a vu ses immatriculations baisser de -14,5 % en janvier (54 151 VP + VUL). 
Une nouvelle fois, les acteurs du marché entreprise se consoleront à la lecture des performances du marché automobile national, qui affichent, elles, un repli de -18,69 % (131 103 VP + VUL), sur la même période.

  • Type de véhicules : les VUL voient leurs immatriculations plonger de -20,8 %  (22 063 unités), tandis que les VP reculent de -9,56 % (32 088 unités). 
  • Côté énergies : comme les mois précédents, les motorisations alternatives poursuivent leur marche en avant, mais à des rythmes différents selon les motorisations : en janvier, ce sont les hybrides non rechargeables qui bondissent (+28,93 % avec 6 003 VP + VUL immatriculés). La croissance de l’électrique et de l’hybride rechargeable est plus modeste : +6,26 % pour le 100 % électrique (2 548 VP + VUL) et +3,46 % pour les hybrides rechargeables (3 855 VP + VUL). Une moindre croissance qui peut s’expliquer, pour l’électrique, par la chute des immatriculations sur le segment VUL (-32,35% à 711 unités).

Les motorisations thermiques, quant à elles, restent orientées à la baisse. Malgré un sévère repli de -24,57 %, le Diesel capte encore plus d’une immatriculation sur deux en entreprise (30 724 VP + VUL). De son côté l’essence chute de -9,8 % (10 378 VP + VUL).

  • Au total, les parts de marché des différentes énergies ressortent à fin janvier (VP + VUL inclus) à 19,16 % pour l’essence ; 56,74 % pour le Diesel ; 4,71 % pour l’électrique ; 18,2 % pour les hybrides (total), dont 7,12 % pour les rechargeables et 11,09 % pour les hybrides simples.

Si l’on prend en compte uniquement le segment des VP, les parts de marché s’établissent à 27,61 % pour l’essence ; 36,11 % pour le Diesel ; 5,72 % pour l’électrique ; 28,97 % pour les hybrides (total), dont 11,89 % pour les rechargeables et 17,08 % pour les hybrides simples.