Audi A4 g-tron : un modèle au gaz intéressant pour l'entreprise

(Paris, le 11 décembre 2015)

On sait que le groupe Volkswagen croit au gaz. Il en est de même pour Audi. La marque aux anneaux entend lancer d’ici un an une version bi-carburation de sa toute nouvelle A4, basée sur la motorisation essence 2 L TFSI. Le bloc moteur a été adapté, afin de pouvoir être alimenté également par du gaz sous pression, stocké à 200 bars et ramené à une pression de 5 à 10 bars pour la combustion dans les cylindres. Ce modèle, qui a été dévoilé il y a quelques mois lors du dernier salon de Francfort, viendra étoffer une offre déjà composée de l'A3 Sportback g-tron.

Avec un réservoir de 19 kg de gaz, réparti sous la forme de 4 réservoirs cylindriques et placés à l’arrière du véhicule, l’A4 Avant peut parcourir en théorie 500 km selon le cycle NEDC, à raison d’un peu moins de 4 kg de gaz pour 100 km. Lorsque le carburant gazeux vient à manquer, la voiture bascule automatiquement sur l’essence. La capacité de 25 litres lui permet de prolonger de 450 km l’autonomie. Le cumul des deux énergies (950 km) rapproche l’A4 g-tron du rayon d’action d’une version TDI.

Parmi les avantages de ce modèle au gaz, on peut citer le prix du gaz (un euro le kg, soit un peu moins cher que le litre de gazole) et la possibilité, en Allemagne seulement, de réduire encore plus les émissions de CO2 en utilisant du méthane de synthèse. Ce carburant est accessible au moyen d’une carte de paiement Audi e-gaz. Il est constitué d’eau, de CO2 et est élaboré à l’aide d’une électricité verte.

La France, qui est en retard sur le gaz naturel, pourrait sans doute s’inspirer de ce genre de pratique.

Tags: