Interdiction des véhicules thermiques: qui annonce quoi? superman jeu 07/12/2017 - 13:58

(Paris, le 11 décembre 2017)

La France et son ministre de l’Ecologie, Nicolas Hulot, ont marqué les esprits cet été en annonçant la fin de la vente de véhicules thermiques en 2040. Paris et sa maire, Anne Hidalgo, sont aussi à la pointe de la lutte contre l’automobile. Mais que se passe-t-il ailleurs dans le monde ? L’Observatoire du Véhicule d’Entreprise fait le point.

Diesel : pourquoi l'Allemagne ne veut rien lâcher

Vu de Paris, le Diesel est déjà mort. Ce n’est pas l’opinion des constructeurs allemands qui s’y accrochent, malgré les risques de restriction de circulation et les dégâts provoqués par le Dieselgate.

A ce titre, le salon de Francfort restera probablement dans les annales. Il a débuté dans un climat un peu étrange, avec des militants de Greenpeace appelant à la fin de l’âge du pétrole, et des politiques  critiquant l’industrie automobile allemande pour ses pratiques de cartel et pour le dépassement des normes de NOx, sur fond de Dieselgate.

L'Allemagne décrète un plan de soutien à l'électrique

(Paris, le 27 avril 2016)

Comment doper les ventes de voitures électriques et hydrides rechargeables ?

La question a longtemps agité les milieux politiques outre-Rhin, mais le gouvernement allemand vient de trancher.

Le ministre des Finances, Wölfgang Schäuble, vient de valider un ensemble de mesures de soutien à l’industrie automobile électrique : dès le mois de mai, une prime de 4000 euros sera versée pour l’achat d’un véhicule électrique et de 3000 euros pour celui d’un hybride rechargeable.